Actualités


Nous avons le plaisir de vous montrer notre nouveau site web à l’image de notre société. Le voici désormais plus moderne, innovant , dynamique.

Retrouvez nous sur votre mobile, votre tablette, ne loupez pas notre actualité.

Notre équipe se tient à votre disposition au 04 90 14 14 84 du lundi au vendredi de 9h à 12 h et de 14h à 18h.

Payer moins d'impôts, c'est un vrai plaisir. Surtout en période de ras-le-bol fiscal.

Mais comment y parvenir ? Tout simplement en réalisant un investissement locatif dans l'immobilier. Dans ce secteur, de nombreux mécanismes de défiscalisation cohabitent.

  • Investir dans le neuf avec la loi Pinel

Ce dispositif vous permet de déduire une partie du prix du logement directement de vos impôts. Combien ? 12 % si vous louez six ans, 18 % si vous louez neuf ans et 21 % si vous louez douze ans. L'avantage se calcule sur un plafond maximum de 300.000 €. La déduction atteint donc 36.000, 54.000 ou 63.000 € selon les cas. Pour en profiter, vous devez respecter des plafonds de loyers et de ressources du locataire. A noter : vous pouvez louer à vos ascendants et descendants sans perdre le bénéfice de la défiscalisation.

  • Investir dans l'ancien et profiter des déficits fonciers

Vous achetez un logement ancien. Vous réalisez des travaux. Puis vous louez le bien vide, sous le régime fiscal des revenus fonciers. Lorsque vous déclarerez vos loyers au fisc, vous retrancherez le prix de ces travaux. Si le solde est négatif, vous obtenez ce que l'on appelle un déficit foncier. Ce dernier s'impute sur vos revenus dans la limite de 10.700 € par an. Si vous réalisez 30.000 € de travaux, par exemple, vous diminuerez vos revenus, donc votre base imposable, de 10.700 €. Du coup, vous diminuerez votre pression fiscale. Autre bonne nouvelle : le solde des déficits fonciers est reportable sur les revenus des années suivantes. Notez que les intérêts d'emprunt sont eux aussi déductibles.